Complément web du numéro 41 du magazine grandir autrement

30 sept. 2013

Disponible sur le blog du magazine, cette relaxation guidée aide les enfants à se détendre avant le coucher.

Complément à l'article « Sophrologie : une aide pour s'endormir en douceur »
Technique n°4 : L'ange câlin (à partir de 6 ans)

L'ange câlin va rassurer l'enfant, l'accompagner dans son sommeil.
La douceur de l'ange câlin va lui permettre de lâcher le contrôle et de s'abandonner en confiance.

L'ange câlin, c'est le plus doux de tous les anges. Ses plumes sont blanches et soyeuses, plus douces que de la laine, plus douces que du coton. L'ange câlin vient souvent rendre visite aux enfants, surtout le soir quand ils sont fatigués. Et si ce soir l'ange câlin venait te voir ? Si tu fermes tes yeux et que tu détends bien tout ton corps, je suis sûr qu'il va s'approcher de toi. Ange câlin, ange câlin, veux-tu venir me rendre visite ? Et voilà que l'ange câlin s'approche tout doucement. Rappelle-toi qu'il est le plus doux de tous les anges. Il est maintenant tout près de toi. Tu vois son visage, son beau sourire, ses yeux, ses grandes ailes toutes blanches. Et dans sa main, il y a une boîte à l'intérieur de laquelle se trouve une grosse gomme. Alors, l'ange câlin commence à te parler : “Bonjour ! Je suis l'ange câlin. Quel bonheur pour moi de venir te voir ! Je sais qu'aujourd'hui tu as eu une grande journée pleine d'aventures. Peut-être que, parfois, tu t'es senti triste ou en colère. Tu vois la grosse gomme qui se trouve dans la boîte ? C'est une gomme magique. Elle permet d'effacer les chagrins, les tristesses, les disputes avec les copains d'école, les colères, etc.” Et voilà que l'ange câlin prend sa gomme et commence à gommer tout ce que tu n'as pas aimé dans ta journée. Et voilà que tout a disparu. Ton cœur est de nouveau joyeux. Sens-tu comme il est plus léger ?
Mais que fait l'ange câlin maintenant ?
Il tire une grosse plume de son aile gauche et te fait une caresse sur ton pied gauche, puis il remonte sur ton genou droit, la cuisse droite. Comme c'est doux et agréable ! Toujours avec la plume, il caresse très doucement ton pied gauche, ton genou gauche, ta cuisse gauche, la plume caresse ton ventre, ta poitrine, ton bras droit, ta main droite puis la plume glisse dans tout ton dos. Elle glisse le long du bras gauche jusqu'au bout des doigts et elle remonte dans ton cou et sur ton visage. Tu es maintenant presque endormi. L'ange câlin range sa plume et sa gomme et, en souriant, il te fait un petit signe pour te dire au revoir.

Exercices inspirés du livre Relaxations créatives pour les enfants, de Nathalie Peretti, Éditions le Souffle d'Or (2007).

Samsara

30 sept. 2013

Filmé dans 25 pays, pendant 5 ans, ce film est un bijou.
Une sorte de méditation en images sur notre monde.... A voir, mais sans les enfants!


Le premier cri

25 sept. 2013

Ce magnifique film retrace l'accouchement de plusieurs mamans à travers le monde. C'est un beau survol des différentes façon d'envisager ce moment.


La vie ne tient qu'à un fil...

22 sept. 2013

C'est quand on s'y attend le moins que la vie nous rappelle qu'elle ne tient qu'à un fil...

Quand nous habitions à Nairobi, mon homme avait l'habitude de nous emmener bruncher à la terrasse d'un café du centre commercial de Westgate. Les jours où j'étais très fatiguée, il me laissait dormir et y allait seul avec les enfants...

Si nous étions encore résidents kenyans, je serais aujourd'hui dans la plus grande détresse possible, ou bien juste plus là pour vous le raconter, parce que ce centre commercial a été attaqué à la grenade hier, samedi à l'heure du brunch, et que des personnes sont encore prises en otage à l'heure où je vous écrit ce post, par des terroristes somaliens.

C'est le spectre de l'impensable douleur qui me hante aujourd'hui, en pensant aux centaines de blessés et aux 70 morts... Et si...

Savourons chaque moment passé avec ceux que nous aimons, totalement, sans smartphone dans la main ou fixation sur les choses qui doivent encore être faites, parce que, qui sait, ce sera peut-être le dernier et nous voulons qu'il soit magique!

La vie vaut son prix parce qu'elle se termine un jour. Ne l'oublions pas...

La fièvre de la pleine lune

19 sept. 2013

Saviez-vous la pleine lune a une influence sur le nombre d'homicides commis? Qu'au 19ème siècle, on pouvait plaider au tribunal "... Pour cause de pleine lune"?

Depuis ce matin, les enfants sont possédés, au point d'en être fiévreux. Je me suis dit: mince, ils couvent quelque chose.

Ils ne tiennent pas en place, même pour manger, ils sont super grognons et agressifs... Au point que je ne les ai pas emmenés jouer chez une amie de peur qu'ils fassent à sa maison le même effet qu'à la mienne...

Finalement, à bout de nerfs, crevée, je les ai emmenés à la plaine de jeux pour qu'ils se défoulent.

Et là, surprise! L'hystérie est générale! 
Les enfants hurlent, tapent, et sont survoltés...



Alors, je n'ai pas de preuve scientifique, mais la prochaine pleine lune tombe le 19 Octobre, et je pense que je vais nous préparer un programme de la journée en conséquence!

Est-ce que vous avez aussi remarqué cet effet "au secours, je ne sais pas quoi faire de moi-même" sur les enfants?

Préserver nos enfants de nos soucis d'adultes

15 sept. 2013

Peut-on tout dire aux enfants? Oui! Mais pas de n'importe quelle façon!
Si on est inquiets, stressés, c'est une bonne chose de leur dire que papa/maman ont des soucis d'adultes qui nous rendent inquiets/tristes/... Et surtout bien leur rappeler que ce n'est pas de leur faute.

Par contre, il est de notre devoir de les préserver en évitant d'évoquer des sujets trop tendus ou trop stressants en leur présence.

Ils absorbent toutes les émotions ambiantes et les intériorisent. 

En vrac, quelques idées de choses à faire pour les préserver:
- ne pas discuter politique, guerre, travail,... En leur présence
- ne pas écouter/regarder le journal parlé avec eux tant qu'ils n'ont pas acquis l'esprit critique indispensable à pouvoir disséquer les informations reçues
- ne pas laisser traîner de journaux/courriers/magazines aux photos choquantes à leur portée
- couper la radio quand ce sont les pubs

Je ne parle pas de les isoler, mais plutôt de les préserver de la sur-enchère vendeuse des médias.
Un enfant n'a pas besoin de voir la photo des enfants gazés de Syrie avant de pouvoir discuter de la propagande de guerre et d'en comprendre les tenants et aboutissants (vous avez remarqué que pour des enfants morts dans leur sommeil, ils n'étaient pas en pyjama?)
Je me souviens d'avoir ouvert une enveloppe de la croie bleue enfant et d'être restée anéantie devant les photos de vivisection.

Ils découvriront bien assez tôt la laideur qui se cache dans le coeur des Hommes, donnons leur le temps de profiter de leur enfance...

Accueillir une régression avec bienveillance

15 sept. 2013

Les enfants font de temps en temps un pas en arrière pour mieux pouvoir avancer.

Un enfant qui passe ses nuits se réveille tout à coup plusieurs fois sur la nuit, un petit de 2 ans veut manger sur vos genoux et vous demande de porter la cuillère à sa bouche, un plus grand qui a acquis la propreté se remet à avoir des accidents...

Un peu comme dans le pas de la valse: quelques pas en avant, un pas en arrière...


Accueillir avec bienveillance ces passages de retour en arrière est important, surtout s'ils sont dus à une exposition au stress. 
Punir, se fâcher,... Ne sert à rien et ajouterait une couche d'inquiétude chez votre petit bout.

Je pense que c'est une façon assez claire de demander plus de réconfort que d'habitude, ou un moyen de montrer que quelque chose ne tourne pas rond.
C'est parfois aussi un "maman, eh, oh, regarde-moi, je suis inquiet que tu sois tracassée comme ça"...

Bon, il faut être honnête, c'est éprouvant pour les parents, ça apparaît souvent au "mauvais moment".
Mais, heureusement, avec beaucoup de douceur et de patience, on repart en avant, plus réconfortés qu'avant.

Est-ce que ça vous est arrivé? Comment avez-vous géré la situation?

Faut-il décalotter le pénis de son enfant?

14 sept. 2013

Le décalottage

Le décalottage est une pratique commune, bien que remise en question. Toutes les mères de petit garçon ont été confrontées à la question, même si c'est pour décider de ne rien en faire. Il peut être difficile de se faire entendre de son médecin, c'est pourquoi en guise de page sur le sujet nous nous contenterons de vous remettre ici l'interview réalisée en novembre 2005 pour la Feuille n°3 auprès de Martin Winckler, célèbre médecin et poil à gratter de sa profession.

1/Comment vous situez-vous par rapport à la pratique du décalottage, en tant que médecin et parent ? Le faites-vous sur vos petits patients et l’avez-vous fait ou fait faire sur vos enfants ?
Je n’ai jamais décalotté le prépuce d’un petit garçon, ni celui d’un de mes patients, ni celui de mes cinq garçons. (Et je pense que si je leur demandais ce qu’ils en pensent, ils me regarderaient de travers, en se disant que j’ai de drôles d’idées...)
J’ai eu très tôt (au début des années 80, quand je me suis installé, et en lisant en particulier le pédiatre Aldo Naouri), la notion que cette pratique était non seulement inutile, mais agressive pour tout le monde, à commencer par les premiers intéressés, mais aussi les mères. C’est agressif parce que, dès qu’on touche au pénis des petits garçons, on provoque une érection, bien entendu.
Or, toutes les mères ne sont pas à l’aise avec ça... Et on les comprend. Et si les petits garçons rigolent parfois qu’on leur chatouille le pénis quand ils sont nourrissons, très vite, ils préfèrent qu’on laisse cette zone-là tranquille (comme les filles...) pour s’en occuper tout seul.

2/Que pensez-vous des arguments habituellement utilisés par les tenants du décalottage (adhérences, possible phimosis) ?
Le phimosis, c’est le fait que l’orifice du prépuce est trop serré pour permettre au gland de sortir quand le garçon est en érection. Donc, ça ne peut gêner les garçons qu’à l’âge où ils sont susceptibles d’avoir des rapports sexuels.
Or, la plupart des études qui ont été faites sur le sujet montrent que le décalottage n’a aucune fonction, ni hygiénique, ni pour empêcher le phimosis, qui est un phénomène spontanément rare. On disait dans le temps que c’était pour lutter contre les adhérences, pour « nettoyer » ce qu’il y avait dessous.
Les sécrétions préputiales sont aussi normales que les sécrétions vulvaires chez la petite fille, et on n’a jamais prôné le « nettoyage » des vulves de petite fille au coton-tige - mais j’ai vu des mères essayer de passer un coton-tige sous le prépuce de leur fils parce qu’un médecin leur avait dit de le faire !
Le prépuce est « auto-nettoyant ». L’orifice du prépuce est serré à la naissance pour justement éviter que des poussières s’introduisent dedans. Le décalotter (donc, le dilater de force), c’est anti-naturel. Et ça fait mal. Et ça peut entraîner des déchirures et un para-phimosis qui, lui, est une urgence.
Le para-phimosis (provoqué) est beaucoup plus fréquent que le phimosis. Je vous décris le tableau : une maman a voulu décalotter un petit garçon (en général dans son bain). Le tripotage a entraîné une érection après le décalottage. Du coup, le prépuce en « col roulé » serre le gland, qui gonfle et devient violet. Le gamin hurle. Comme il est dans un bain tiède, ça s’aggrave...
Bref, on appelle le médecin, et là, de deux choses l’une. Ou bien il panique et envoie le gamin à l’hôpital, ou bien il connaît le problème et le résout très simplement : il ne faut pas tirer sur le prépuce pour le recalotter (ça ne marche pas), il faut d’abord vider la baignoire, ensuite lui verser de l’eau un peu plus froide (pas glacée) sur le pénis, en comprimant tout doucement le gland gonflé. Le froid dégonfle la verge, et le gland rentre tout seul dans le prépuce...
J’ai vu une douzaine de situations comme ça au début de ma carrière. C’était toujours chez des garçons dont les mères avaient une conception un peu obsessionnelle de la « propreté », ou qui avaient été consciencieusement culpabilisées par une (belle-)mère ou un médecin très interventionniste, et qui décalottaient leur petit garçon trois fois par semaine, à tel point que le gamin voyait avec une certaine angoisse sa mère s’approcher de lui et lui baisser son pantalon.
Evidemment, plus elle y touchait, plus il était irrité, et plus il avait mal et plus le décalottage était un supplice, jusqu’au jour où il faisait un paraphimosis carabiné et où elle m’appelait au secours. Bref, c’était un cercle vicieux...
Très rapidement, j’ai fait passer aux jeunes mamans le message qu’il ne fallait pas toucher au prépuce. Au fil des années, j’ai vu de moins en moins de paraphimosis, de plus en plus de petits garçons joyeux qui se tiraient tout seul sur le zizi en rigolant, et de plus en plus de mères ravies de ne pas avoir à s’occuper de ça à leur place.
Je n’ai fait opérer aucun petit garçon pendant ma carrière de généraliste de campagne, et j’ai d’ailleurs vu très peu de garçons se faire opérer, car dans mon canton, aucun médecin n’était « fan » du décalottage...

3/A partir de quel âge faut-il s’inquiéter et envisager une opération chez un petit garçon dont le pénis ne se décalotte pas ?
C’est simple : il ne faut jamais s’inquiéter, car il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Le décalottage est une pratique culturelle en France, pas du tout dans d’autres pays. Pourtant, il n’y a pas plus de phimosis ailleurs qu’en France. Ca veut bien dire que décalotter le prépuce ne sert à rien.
Tous les parents qui ont eu des petits garçons peuvent témoigner que tripotage et masturbation sont très fréquents chez les tout petits (et parfois jusqu’à huit-dix ans), mais ne provoquent pour autant aucun problème. Le prépuce du nourrisson n’est pas fait pour être décalotté par quelqu’un d’autre que par son utilisateur : il sert de fourreau au gland, qu’il protège. Il s’allonge et s’assouplit au fil du temps, à mesure que l’enfant grandit... et dilate l’orifice du prépuce lui-même en se masturbant.
Avec la croissance, le prépuce s’allonge en même temps que le pénis, ce qui permet des érections sans souci. A la puberté, dans l’immense majorité des cas, les garçons se sont déjà décalottés et ont assoupli l’orifice préputial tout seuls et ils n’ont pas de phimosis... Ils ne connaissent même pas le mot !
Lorsque les garçons ont des problèmes, c’est à la puberté, pas avant. (Ou alors, le problème est un paraphimosis, parce qu’on les décalotte sans arrêt... - voir plus haut). J’ai dû faire circoncire, dans toute ma carrière de généraliste (douze années à la campagne), un seul homme, âgé de...22 ans, qui avait un phimosis... parce qu’il avait eu un décalottage trop brutal tout petit et en avait gardé un prépuce cicatriciel, et donc serré.
Ça a commencé à le gêner à la puberté, mais pas avant. De fait, c’est le décalottage répété, en provoquant des inflammations qui est la cause de son phimosis ! ! ! - la déchirure répétée du prépuce à un âge où le garçon n’avait rien demandé a provoqué des cicatrices, qui ont resserré l’orifice...

4/Que conseillez-vous à une mère qui ne sait pas comment se positionne son pédiatre ? Ou alors si le médecin est pour ? (ou l’art de ne pas se laisser culpabiliser...)
Quand un problème est purement affaire d’opinion et non de prévention ou de santé (et, encore une fois, rien ne montre que le décalottage a le moindre intérêt, mais ses inconvénients sont manifestes), peu importe la « position » du médecin.
Les médecins ne sont pas là pour dicter leurs opinions aux mères et il n’y a certainement pas de quoi « culpabiliser » les femmes qui décident de ne pas tripoter le pénis de leur nourrisson (pour ma part, je les trouve plutôt saines...).
Est-ce qu’une mère ferait circoncire son fils pour « faire plaisir » à un médecin qui prône la circoncision « hygiénique » ? Non, bien sûr.
Il en va de même pour le décalottage. Si un médecin vous en parle, répondez-lui que vous laissez à votre enfant le soin de régler ce problème-là, et surtout ne laissez pas le médecin vous faire une démonstration ! Il n’est pas justifié de décalotter un nourrisson ou un petit garçon qui n’a rien, pas plus que de faire un examen vaginal à une petite fille qui va bien ! ! !
Le seul moment où un médecin est en droit de toucher (doucement) au pénis d’un petit garçon, c’est si le pénis en question présente une anomalie visible.
Si ce n’est pas le cas, bas les pattes ! ! !
Martin Winckler

(texte issu du site de l'association "l'arbre à bébés")

L'EMDR pour guérir d'un traumatisme

14 sept. 2013

Il existe une technique "mécanique" pour guérir d'un traumatisme lourd: agression, perte d'un être cher, choc important,...
Ca s'appelle l'EMDR.

Je vous met ci-dessous les informations trouvées sur le site emdr-belgium, qui expliquent mieux que je pourrais le faire l'intérêt de cette technique:

  • La Méthode
L’EMDR (désensibilisation et reprogrammation par des mouvements oculaires), est apparue en 1987, et est avant tout connue comme une alternative aux traitements du stress post-traumatique, des dépendances ou du deuil..
On se rend compte que lors d’un choc traumatique (accident, agression morale ou physique), le cerveau vient à mémoriser tout ce que l’événement englobe (des images, des sons ou des sensations corporelles). Toutes ces informationss stockées peuvent perturber la qualité de la vie et parfois même l’équilibre psychique d’une personnes en se réactivant à tout moment. Afin de mettre un terme à cela, l’EMDR, propose d’identifier, d’évaluer les croyances liées au traumatisme, et de modifier la perception de l’événement.
Par des mouvement oculaires alternatifs ou même par des stimulations (auditives ou tapotements) bilatérales (gauche, droite), qui ont pour effet de synchroniser l’activité des deux hémisphères cérébraux: aires sensorielles et cognitives, l'EMDR va permettre de reconnecter les émotions primaires du traumatisme (le souvenir « photographique ») avec la sagesse de la pensée et du langage. Le « balayage » débloque ainsi l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète le travail.

  • A qui s’adresse-t-elle ?
L’EMDR, s’impose comme une des méthodes les plus efficaces pour les personnes présentant des symptômes ESPT majeurs (victimes d’accidents, de guerres, de viol,...) mais aussi quand certaines expériences difficiles laissent un souvenir amère et parfois plein de souffrances. Cette méthode peut également se révéler d'une efficacité redoutable pour d'autres types de difficultés tels que la toxicomanie, l’anorexie ou la dépression.
  • FAQ
Comment se déroule une séance d'EMDR
Le praticien EMDR aide le patient dans son processus de guérison en devenant son partenaire pour un voyage destiné à éliminer le traumatisme passé qui est bloqué dans son système nerveux.
Au début d’une séance ordinaire d'EMDR, le praticien aide le patient à repérer exactement le problème ou l’événement qui sera la cible du traitement. Pendant que les pensées et les sentiments remontent à la surface, le praticien et le patient travaillent ensemble pour stimuler les mouvements des yeux qui accompagnent l'expérience brièvement rappelée. Pendant que les mouvements des yeux sont stimulés, les émotions sont libérées.
Les séries successives et assez brèves de mouvements des yeux (30 secondes à quelques minutes) continuent jusqu'à ce que les émotions soient neutralisées et que l'événement passé devienne associé par le patient à des pensées et des sentiments positifs à son propre sujet, comme : « Je réalise maintenant que ce n'était pas ma faute ».

Combien de séances sont nécessaires avant de commencer l’EMDR ?
Cela dépend de la complexité de l’histoire du patient, de sa capacité à « s’auto-apaiser » et à utiliser les différentes techniques de contrôle de soi pour diminuer la perturbation potentielle qui peut survenir pendant le traitement. Le praticien doit enseigner au patient ces techniques pendant la phase de préparation. La durée requise pour cette phase sera différente  pour chaque client. Dans la majorité des cas, le traitement actif devrait commencer après une à trois séances.

Combien de séances d’EMDR sont nécessaires ?
Le nombre de séances nécessaires dépend du problème et de l'histoire spécifique de chaque patient. Cependant, les études ont prouvé qu'un traumatisme simple peut être traité en moins de trois séances dans 80-90% des cas. Même si chaque événement inquiétant n'a pas besoin d'être traité un à un, la durée de la thérapie dépendra de la complexité de l'histoire. Dans une étude, 80% des victimes civiles de multiples traumatismes n'ont plus eu de PTSD après approximativement six heures de traitement (cinq à six séances d’une heure et demi). Une étude sur des anciens combattants ayant vécu des traumatismes de guerre a indiqué qu'après douze séances 77 % ne souffraient plus de leur syndrome de stress post-traumatique initial.
Normalement, une séance d'EMDR dure de 60 à 90 minutes. La longueur de la séance dépend d'un certain nombre de facteurs, tels que la nature et l'histoire du problème, le degré de traumatisme, les circonstances spécifiques du jour particulier et de la tolérance du patient pour les séances plus longues.

Quels sont les effets négatifs possibles ?
Comme avec toute forme de psychothérapie, il peut y avoir une augmentation provisoire de la détresse. Des souvenirs douloureux non-résolus peuvent émerger. Certains patients peuvent éprouver des réactions pendant une séance de traitement que ni eux ni le praticien n’auraient pu prévoir, comme un niveau élevé d’émotion ou de sensations physiques. Après la fin de la séance, le re-traitement de l’information émotionnelle liée à l’incident ou au matériel qui a été évoqué, va continuer à agir. Des rêves, d’autres souvenirs, d’autres émotions inhabituelles peuvent se manifester. C’est généralement un signe qu’un travail en profondeur est en train de se faire.

Est-ce que je vais revivre le traumatisme aussi intensément que la première fois ?
La plupart des patients ne sont conscients que d'une ombre de l'expérience traumatique initiale, alors que d'autres la sentent à un degré plus fort. À la différence de nombreuses autres thérapies, les patients traités avec l’EMDR ne sont pas invités à revivre le trauma intensément ni durant des périodes prolongées. Avec l’EMDR, quand il y a un niveau élevé d’intensité, il dure seulement quelques instants et diminue ensuite rapidement. S'il ne diminue pas rapidement de lui-même, le praticien a été formé pour aider à faire baisser l'intensité. Le patient a aussi été formé, avant de commencer l’EMDR, à des techniques permettant de soulager immédiatement une détresse qui s’avèrerait trop intense.

Bilan sur "le passage aux lavables"

14 sept. 2013

Le point 47 de ma liste 101/1001 est de continuer l'effort pour passer un maximum d'objets en mode lavable. Mode lavable par opposition au mode jetable...

Voici un petit bilan de la situation...


Dans la cuisine:
- Les bouteilles d'eau ont cédé la place aux gourdes lavables. L'eau viendrait d'une carafe Brita si on était en Belgique mais ici, en Afrique, on achète des bidons de 20l consignés.

- L'essuie-tout (alias sopalin) a été remplacé par des carrés de la taille d'un coupon papier découpés dans de vieilles serviettes de bain
- Les éponges (nid à bactéries, en passant) sont elles aussi remplacées par des petites loques de récupération. On en a un petit stock qui permet d'en utiliser une par jour et puis de la laver. Vachement plus hygiénique!
- Les loques de nettoyage du sol sont aussi fabriquées comme ça, mais dans une autre couleur pour reconnaître qui essuie quoi.

- Plus de serviettes en papier, celles en tissu sont beaucoup plus belles.
- Nous achetons un maximum de produits en vrac, rangés dans des bocaux en verre. Les bocaux ont des tailles et des formes différentes, alors pour faire plus "joli", ils ont des étiquettes similaires.
- On cuisine beaucoup maison, les achats sont donc principalement des ingrédients de base en grande quantités: farine, panier de légumes, fruits secs, ... Tout plein d'emballages jetables non achetés.


Dans la salle de bains:

- Les cotons à démaquiller sont tout mignons et tout ronds, en bambou. Pas trop petits pour ne pas "disparaître" dans la machine à laver.

- On utilise un maximum de langes lavables. Mes deux enfants ne dorment pas bien s'ils n'ont pas une sensation sèche (le polar ne suffit pas), donc les langes jetables sont encore chez nous pour la nuit :-(
Pour ce qui est de l'HNI, c'est entre parenthèses pour l'instant, les coliques et les allergies alimentaires m'occupent déjà assez bien.
- Les petites fesses sont frottées avec des lingettes fait maison et du liniment. Une fois par jour, grand nettoyage au savon d'alep.
- Les grandes fesses ont elles aussi leurs lingettes. Vous savez qu'on consomme chacun 13kg de PQ par an en moyenne? Le papier toilette est toujours présent chez nous mais on peut choisir de ne pas l'utiliser. Et franchement, la version lavable est vachement plus douce, plus agréable et plus efficace... A tester, définitivement!

- Pour mon retour de couches précédent, j'ai testé les serviettes lavables. Un monde de différence: douceur, meilleure absorption... Une diva cup attend pour ce retour de couches-ci...

Question hygiène, on stocke tout dans des poubelles avec des petits sacs en filet, à sec, prélavage à froid et on lave à 40° avec des noix de lavage puis hop au sèche-linge. Tout ressort nickel. Les bactéries n'ont aucune chance face à la chaleur du sèche-linge.
De temps en temps un tour à 60° avec du vinaigre et sans noix de lavage pour retrouver douceur et absorption.
Ça consomme de l'eau? de l’électricité? ben oui... mais jamais autant que pour produire tout le papier que ça remplace...


Et les kleenex?
On a récupéré de bons vieux mouchoirs lavables des générations précédentes, infiniment plus doux. On a un stock suffisant pour les utiliser comme des jetables: on se mouche et puis à la lessive. Vive les vieux draps qui ont une seconde vie.

Un stock de tétras vient à bout de tous les petits accidents de tous les jours: burps lacté, jus reversé,...
Mes préférés sont ceux Imse vimse, plus doux que les autres, mais je dois reconnaître que les Ikea tiennent très très bien le coup.

Plus de post-it, les enveloppes reçues sont très bien pour faire les listes de courses.

Les bics jetables sont en cours éradication. Stylo et porte-mine sont bien plus chics.


Voilà, non, nous ne sommes pas des crades ni des écolos radicaux. Deux lessives de plus par semaine et on fait des économies en étant entourés de douceur...

Vous vous y mettez aussi? Comme ça on laissera peut-être quelques arbres à nos petits enfants...

Coup de coeur musique: le space drum!

14 sept. 2013



La voie du milieu

14 sept. 2013

Comme le monde n'est ni noir, ni blanc, mais constitué d'un nombre immense de nuances, je pense qu'il est important de veiller à rester sur la voie du milieu.


Dans ce blog, je partage avec vous notre expérience, mes réflexions, des idées et des théories qui ont retenu mon attention.
Ce n'est en aucun cas un "mode d'emploi" de la maman parfait, que du contraire!


Notre quotidien est emprunt de tolérance et d'ouverture d'esprit. Je pense que les extrêmes sont générateurs de stress.
J’accorde de l'importance à mes valeurs, à ce en quoi je crois, mais leur application dans la vie de tous les jours est soumise à ces nuances du quotidien.


Je suis végétarienne, mais je mange de la viande. Je ne ruinerais pour rien au monde un rendez-vous avec des amis ou un dîner en amoureux pour chipoter sur ce qu'il y a dans mon assiette.


Je suis anti-publicité et n'apprécie pas trop de devoir faire mes courses au supermarché. Je préfère définitivement acheter directement chez le petit producteur.
Pourtant, mon mari travaille dans le marketing. Il est heureux ainsi, ça fait partie de son identité et pour rien au monde je voudrais le faire changer. Je l'aime comme il est.
Nos différences sont une richesse pour notre couple comme pour nos enfants.


Pour l'éducation de nos enfants, je pense aussi qu'il faut garder à l'esprit cette voie du milieu. Il est impossible d'imaginer appliquer texto ce que vous aller lire dans un livre ou... sur ce blog, parce que nos enfants sont uniques, qu'ils sont humains comme vous et moi et que vous aussi parents êtes uniques.


Il y a autant de façon de vivre que de personnes sur cette terre, après, il faut juste savoir ouvrir son esprit pour pouvoir tolérer la façon de vivre des autres.

Les enfants sont des êtres entiers, avec leurs hauts et leurs bas, leurs forces et leurs faiblesses, comme nous.

Rangement en cours...

14 sept. 2013

... dans les semaines à venir, vous allez constater que je suis en train de ranger le blog.
Les catégories qui permettent de trouver facilement les articles sont vraiment trop nombreuses, je vais donc les rassembler et les trier...

... comme ça, vous pourrez plus facilement retrouver les posts sur les sujets qui vous intéressent... mine de tout il y en a plus de 400!

C'est un plaisir de reparcourir ces 5 années de blog, avec toutes ces informations et tous ces bons souvenirs :-)

Rencontre avec Isabelle, la créatrice des magnifiques mei tai de chez Bébésouleil

14 sept. 2013

Vous savez comme j'aime acheter des produits qui ont été faits localement et avec amour!

Aujourd'hui, j'ai eu le plaisir d'interviewer Isabelle, la créatrice des porte-bébé de la marque Bébésouleil.

Faits à la maison, par une maman entrepreneuse et maternante, avec des finitions magnifiques et de nombreux avis positifs des mamans qui ont adopté ces porte-bébé, je suis fière de vous présenter le nouveau partenaire du blog d'une maman bio.



Bonjour Isabelle, depuis combien de temps avez-vous créé bébé souleil?

bébésouleil a été crée en 2007. Après la naissance de mon deuxième enfant, j'ai cherché à créer mon entreprise pour allier maternage et vie professionnelle. Ma pratique du maternage et du portage m'a amené à concevoir mes premiers porte bébés, et à les commercialiser. Le succès a été immédiat !


Qu'est-ce qui vous inspire?

ce qui m'inspire : ma vie dans la nature, les valeurs écologiques que je porte dans ma vie personnelle, et que j'aime à refléter dans mon travail. J'ai la chance de pouvoir faire de vraies créations artistiques avec les mei tai brodés par exemple.

Quelle est la place du maternage proximal dans votre vie?

Je suis maman de trois enfants allaités et maternés. A présent le maternage à proprement parler est derrière nous (mes derniers ont 4 et 7 ans), mais nous sommes dans la continuité de cette démarche, avec l'écoute et la compréhension dans la pratique de l'éducation respectueuse.

Quel est le produit de votre boutique dont vous êtes la plus fière?

Le produit dont je suis le plus fière est incontestablement le mei tai ! Depuis sa création il a connu plusieurs versions et améliorations, et j'ai reçu des centaines de mails élogieux de parents ravis .


Bébésouleil offre aux lectrices du blog d'une maman bio une réduction de 25% sur un porte-bébé mei tai au choix (un seul porte-bébé par personne, dans la limite des stocks disponibles, hors frais de port) avec le code de réduction "mamanbio", à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 25 Septembre 2013.

Merci bébésouleil! Merci Isabelle!

Je crois que je vais m'en offrir un aussi :-), il faut dire qu'après 2 enfants, mon manduca est tout usé, pelé même, après une utilisation intensive. Mon préféré? Le mandala noir :-)



Sur la route en unschooling

1 sept. 2013

Comme vous le savez déjà, nos petits loups ne vont pas à l'école. Nous avons choisi l'école à la maison en apprentissage libre (unschooling en anglais). Nous ne suivons pas de cursus pré-défini, ni de programme scolaire, nous nous laissons guider par les envies des enfants.

En ce jour de rentrée scolaire, j'ai une pensée pour toutes ces familles françaises qui vont devoir subir les pressions de l'éducation nationale pour mettre leur enfants à l'école ou pour montrer qu'ils ne laissent pas leurs enfants "à l'abandon". Nous sommes plus libres, comme nous vivons à l'étranger.

L'apprentissage libre n'est pas un renoncement, un abandon d'instruction.  C'est un choix de vie, qui part de l'idée que le fait d'apprendre se fait naturellement, dans la vie de tous les jours.
Nous faisons des jeux, des bricolages, du dessin, de la peinture, du jardinage, de la cuisine, de la musique,... Et nous allons régulièrement jouer avec d'autres enfants.


Mais en tant que Maman, je suis quand même assaillie de doutes, et s'ils ne savent jamais lire ou écrire? Qu'ils ne parviennent pas à calculer? Etc...

Pourtant, il suffit de les suivre au quotidien pour découvrir avec admiration leur acquisition de compétences. Comme un puzzle, ils assemblent petit à petit des morceaux de connaissances qui, un jour, se mettent en place pour leur offrir un nouvel acquis.

Mon fils commence à vouloir savoir comment s'écrivent les mots, il aborde tout seul la notion d'addition et de quantités,... Comme ces notions sont liées à des objets ou des choses du quotidien, elles sont concrètes pour lui.

Et quel est le plus gros challenge d'une maman qui fait de l'apprentissage libre avec ses enfants? Résister à la tentation de donner trop d'informations quand un centre d'intérêt se révèle. Saouler ses enfants d'informations n'est pas constructif, ils se ferment comme des huitres :-)
Mon rôle est de leur donner des bribes de réponse et du matériel adapté pour que leur curiosité les pousse à creuser plus loin.

En tout cas, même si mon quotidien est plus fatiguant que celui d'une maman d'enfants qui sont scolarisés, je suis super heureuse de notre choix. La liberté n'a pas de prix, et offrir à ses enfants la liberté de se construire tels qu'ils sont est un merveilleux cadeau. 
Proudly designed by Mlekoshi playground