Ce serait une bonne chose...

24 mai 2013

Remise en route de la curiosité des enfants

24 mai 2013

Cette période de déménagement s'est faite en mode survie et la curiosité d'apprentissage des enfants avait disparu.

Aujourd'hui, premier jour où ils se sont dirigés vers des activités d'apprentissage.

On a joué aux dominos et on a coupé/collé les animaux sur leur lieu de vie (le template vient du blog "a la douce", qui est disponible pour le téléchargement)


Le 25 Mai, mobilisons-nous contre Monsanto

24 mai 2013

Savez-vous que des études indépendantes ont constaté que les OGM rendent les souris stériles sur 3 générations?

Avez-vous idée de la quantité de ces substances que vous ingurgitez sans même le savoir? Comme dans le ketchup He*nz que vous donnez (peut-être) à vos enfants?

Moi, je veux avoir des petits enfants!!!... Alors, comme des milliers de gens autour du monde, je vais dire non aux OGM ce 25 Mai!


Regardez ici quelle marche est la plus proche de chez vous:
http://occupy-monsanto.com/march-against-monsanto-may-25-2013/

Prendre la vie de famille au rythme "slow"

24 mai 2013

Avez-vous déjà entendu parler du mouvement "slow food"?
Prendre le temps de cuisiner des repas plein de goût à partir d'ingrédients de qualité, si possible locaux, et les savourer en bonne compagnie?

Je suis en train de lire un livre fabuleux et inspirant: "slow family living"
C'est le même concept de "prendre le temps" et de mettre le tourbillon du quotidien sur pause assez souvent pour éviter de se laisser emporter et de se perdre.


"Ne laissez pas les demandes d'un monde hyper-actif voler la tranquillité intérieure de vos enfants. Une stimulation constante sans la balance de calme mène au chaos" 


"Vous devriez vous asseoir pour méditer 20 minutes par jour, sauf si vous êtes trop occupés, alors vous devriez vous asseoir une heure"


Vos enfants vont adorer le chou frisé... si! si!, je vous jure

15 mai 2013

Avez-vous déjà donné à vos enfants du chou frisé à manger? Me croyez-vous si je vous dis que les miens adorent et se battent pour savoir qui peut finir le bol?

Probablement pas... En tout cas pas sans penser que je suis un peu givrée.


Pourtant... c'est bien vrai! Mes enfants se ruent sur les chips de chou frisé (kale chips) que je leur fabrique le plus souvent possible.

Le côté caoutchouteux du chou disparait totalement et le miso blanc qui entre dans la recette se marie à merveille avec le goût du chou.








Pour faire ces merveilles de nutrition (le chou frisé est très riche en beta carotene, vitamine K, vitamine C, and riche en calcium. il contient également cette molécule anti-cancer présente aussi dans le brocoli), il vous faut:

- un bouquet de chou frisé


- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive ou de coco
- une pincée de sel
- une petite pincée de piment de Cayenne
- 1/2 cuillère à soupe de miso blanc

rincez le chou sous l'eau, et s'il n'est pas bio, faites-le tremper dans de l'eau additionnée de bicarbonate de soude
égoutez-le conscencieusement
enlevez les tiges centrales et coupez les feuilles à la taille d'une bouchée

mélangez tout les ingrédients dans un grand saladier (avec les mains, c'est plus simple)

mettez au déshydrateur jusqu'à ce que les feuilles soient fines comme du papier et croustillantes (la phase molle est normale, il faut juste attendre un peu)
si vous n'avez pas de déshydrateur, le four sur la température la moins chaude avec la porte entrouverte fera l'affaire


Si vous voulez découvrir mon nouveau blog en anglais sur la vie alternative à Dubai et y retrouver la traduction de cette recette, c'est par ici.

Le blog d'une maman bio dans la presse: contribution au magazine Grandir Autrement - comment trouver ses marques dans un nouveau pays - astuces pour voyager en avion avec de jeunes enfants

13 mai 2013

J'ai eu le plaisir de contribuer au dernier numéro du magazine Grandir autrement concernant le voyage avec des enfants.

Je partage avec vous le texte que je leur ai envoyé.

La première partie concerne "Comment trouver ses marques dans un nouveau pays" et la seconde partie consiste en astuces pour voyager en avion avec des petits.



Maman de 2 enfants de 2 et 3.5 ans, nous habitons à 26 heures de voyage de notre ancien "chez nous". Je voyage parfois seule avec les enfants.
Nous en sommes à notre second changement de pays en famille, nous sommes en train d'emballer pour le troisième.



Trouver ses marques dans un nouveau pays prend du temps. Environ 1 an...
Le temps de rencontrer des gens, d'avoir l'occasion de se lier d'amitié, de trouver ses marques et de s'installer dans de nouvelles habitudes.


Le changement de pays est un gros stress pour toute la famille. 
Des rituels familiaux qui peuvent être maintenus malgré le voyage apportent des points d'ancrage aux enfants: l'histoire du soir, la pizza faite en famille du vendredi, la promenade avec papa du dimanche matin, ...


Prendre avec soi ce qu'il faut pour maintenir les habitudes de chacun évite de se retrouver avec trop d'objets à racheter si le container prend du retard. Du nounours chéri au blender pour faire les smoothies du matin, nombreuses sont les choses qui peuvent prendre l'avion dans une valise s'ils sont bien emballés.


Le choc culturel, normal pendant la période d'adaptation, survient 1 à 2 mois après le déménagement. Un retour auprès de la famille dans son pays d'origine à ce moment-là pour recharger ses batteries émotionnelles est très bénéfique. Nous avons appris à le prévoir d'office et à l'ajouter au budget "acclimatation et déménagement".


Lorsque le quotidien s'alourdit, prendre une pause touristique de quelques jours permet de se rappeler pourquoi nous sommes partis à l'aventure.
Le sourire revient sur les lèvres de chacun quand on n'oublie pas de saupoudrer le train train quotidien d'un peu de magie et de rêve.





Voyager avec des enfants en avion de façon sereine requiert une bonne préparation préalable.


Pour un court trajet (moins de 6 heures), un pique-nique avec quelques boissons, des grignotages et un ou deux jeux feront l'affaire.
Nos grignotages favoris sont: les galettes de riz, les fruits secs et noix, les cuirs de fruits, et... Le popcorn fait maison (un gagnant pour les trajets en avion).


Pour les plus longs trajets, en particulier si votre alimentation exclut certaines choses, il faudra prévoir des repas à emporter.
Quand vous voyagez avec des petits, vous pouvez passer le contrôle des bagages avec des liquides pour eux, dans un contenant pour enfants.
Par contre, si vous prenez des fruits et légumes frais avec vous, il vaut mieux les avoir mangés avant l'arrivée pour éviter les problèmes à la douane.
Ces kilos à porter entre les avions éviteront l'indigestion habituelle à cause de la nourriture de mauvaise qualité servie dans les avions.


La plupart des aéroport ont une aire de jeux (et parfois un coin bébé) dans le terminal, n'hésitez pas à la demander aux bureaux d'information.


Le lecteur dvd portable est un allié magnifique pour les très longs trajets avec transferts.


Pensez à bien donner à boire pendant le décollage et l'atterrissage pour protéger les oreilles, mais aussi veillez à tous boire régulièrement pendant le vol.
Les mamans qui allaitent se sentiront chanceuses de voir leur bébé s'endormir paisiblement au décollage au lieu de crier de douleur dans les oreilles.
Je prends aussi un "joker" sous forme de bonbon à mâcher ou de sucette pour les plus grands, s'ils n'ont pas soif.





Le blog d'une maman bio dans la presse: Interview pour le magazine ELLE sur le homeschooling

13 mai 2013

Il y a quelques semaines, j'ai répondu à une interview pour le magazine ELLE.


Je vous retransmet ici les questions posées.

"Pour commencer, j'ai besoin de quelques éléments personnels : votre âge, parcours professionnel, quelques infos sur là d'où vous venez et comment vous avez été élevée. Le parcours professionnel de votre mari.

En ce qui concerne vos enfants, il me faudrait leur âge et leur prénom (ou pseudos, si vous préférez).

Êtes-vous allée à l'école? Comment l'avez-vous vécu?

Comment vous est venue l'idée de l'école à la maison pour vos enfants? Pourquoi ce choix?

Qu'en ont dit vos proches?

Êtes vous opposée au système scolaire?

Comment se passe une journée type "école à la maison"?
Comment vos enfants réagissent-ils?
Donnez-vous les cours vous-même?
Comment construisez-vous le programme?
Comment le vivez-vous?
Êtes-vous satisfaite du résultat?
Quelles connaissances (dans les grandes lignes) vos enfants ont-ils acquis?
Vos enfants sont-ils soumis à un quelconque contrôle de l'Education Nationale?

Pouvez-vous me parler un peu de votre mode de vie, de l'environnement dans lequel vous vivez?

Quels sont les inconvénients de l'école à la maison? Vos enfants passent-ils du temps avec d'autres enfants de leur âge en dehors de la maison?

Pourquoi ce besoin de leur faire l'école vous-même?"


Et voici ma réponse:

"J’ai 30 ans.
J’ai travaillé comme dessinatrice technique spécialisée dans le piping avant de suivre mon mari comme expatriés au Kenya et puis en Afrique du Sud.
Mon fils C. est né en Belgique et ma fille Z. au Kenya.
Ils ont aujourd’hui 3 ans et demi et 20 mois.
Je viens d’une famille traditionaliste, j’ai été élevée “à l’ancienne”.
Valorisation de la performance sportive et intellectuelle et déni des moments de faiblesse.
Je me suis forgée conformément ce qu’on attendait de moi, pour espérer avoir de la reconnaissance de la part de mes parents.
J’ai toujours été une bonne élève à l’école, j’ai terminé mes études avec les options grec/mathématiques sans problèmes majeurs.
Toutefois, je me suis toujours ennuyée à l’école. Ma curiosité des choses et du monde a très peu trouvé réponse dans le système scolaire.

J’ai mis un vrai moment, arrivée à l’âge adulte, à découvrir qui je suis vraiment.
J’ai également du apprendre par moi-même à gérer mes émotions : les identifier, les gérer sans les enfuir, et aussi apprendre à les verbaliser.

L’arrivée de mon fils m’a fait lire beaucoup de livres, comme je ne voulais pas reproduire le schéma d’éducation familial.
Je me suis remise en question et j’ai découvert avec bonheur qu’il existe une façon d’envisager le rôle de parent en douceur, et non pas en force.
Le maternage est entré dans notre vie.
J’aime penser que la nature, la Vie, est passée à travers nous pour donner naissance à des êtres qui ont leur propres spécificités dès le berceau.
Ils ne nous appartiennent pas, pas plus que nous avons le droit de leur imposer une façon d’être.
Notre rôle de parents est de les accompagner sur le chemin de la vie et de les aider à se construire, se réaliser et acquérir des facultés d’adaptation.
L’école à la maison est venue d’un souhait de préserver leur plaisir d’apprendre.
Comme le dit si bien John Holt, l’enfant n’a pas besoin d’enseignement pour apprendre, il le fait naturellement par curiosité et à travers le jeu.

Nos proches étaient inquiets de notre façon d’élever nos enfants au début. Entre temps, il ont eu l’occasion de constater comme C. et Z. sont éveillés au monde et équilibrés.

Je ne suis pas opposée au concept de l’école, par contre je suis radicalement contre la façon dont elle est mise en œuvre en Belgique.
J’ai vu les étoiles qui brillaient dans les yeux de nombreux enfants s’éteindre à leur entrée à l’école.

Nous avons adopté la philosophie « Unschooling » pour notre école à la maison. Donc en fait, pas d’école…
Nous suivons les curiosités des enfants et leur donnons plus d’informations quand la demande se présente.
Mon fils parle deux langues, et compte jusque 14 en commençant à appréhender les quantités, à 3 ans et demi. C’est venu tout seul, sans aucun bourrage de crâne ou leçon à répéter.
Nous avons par exemple été voyager au temps de dinosaures hier, suite à la curiosité de mon fils par rapport à la forme de ses pâtes.
Ce qui me tient particulièrement à cœur avec l’école à la maison est de leur offrir l’apprentissage de la vie quotidienne, ce qui manque cruellement à l’éducation nationale.
Il prennent du plaisir à cuisiner, jardiner, faire les tâches ménagères avec moi. Toujours sans obligation, ils mettent la main à la pâte s’ils le souhaitent.
Ils aiment peindre, dessiner, bricoler, fabriquer des histoires et des mondes imaginaires, faire des puzzles,…
Nous ne sommes heureusement pas soumis à un contrôle d’apprentissage, j’ai cru comprendre combien ces contrôles peuvent être emprunts de violence et je me réjouis d’habiter à l’étranger.

Nous allons chaque semaine à la plaine de jeux, tous les mercredis, et à un groupe de jeu de familles pratiquant l’école à la maison, tous les vendredis.
Nos enfants ont des amis, dans différents pays, comme nous voyageons beaucoup.
Notre fonctionnement repose sur la confiance et l’amour inconditionnel, enrobés de douceur et de curiosité.

Le principal inconvénient à mes yeux de l’école à la maison est l’énergie considérable que ça me demande.
Il y a des jours où je retournerais bien travailler, m’asseoir tranquillement à un bureau… ça fait rêver…
Mais je pense que ce que je fais est important. Je leur offre le temps de rêver et de se construire tels qu’ils sont et non tels que la société souhaiteraient qu’ils soient.
C’est un enchantement de voir le monde à travers leurs yeux, ils m’ont appris énormément de choses et m’ont réappris à m’émerveiller.

Il y aura encore du travail dans 5, 10, 15 ans, mais à ce moment-là, il sera trop tard pour revenir en arrière et leur consacrer du temps."






Porter son bébé face au monde?

12 mai 2013

L'article de l'association "aux portes de bébé" m'a donné envie de vous faire un billet pour relayer cette information.


Non, ce n'est pas une bonne idée de porter bébé face au monde quand vous allez faire vos courses au supermarché, ni quand vous promenez dans la rue, et encore moins pour une longue promenade...


Pourquoi?
- Parce que le bébé n'a pas de moyen de s'isoler des stimuli. Si à un moment, votre interlocuteur parle trop fort, ou qu'une moto dans la rue le surprend, ou qu'il est tout simplement fatigué, il ne peut pas décider de tourner la tête pour se blottir contre vous et piquer un petit somme pour assimiler toutes ces émotions
- Parce que dans cette position, bébé pèse lourd, il ne s'accroche pas à vous, il "pend" devant, et malgré toutes les bretelles rembourrées, les nœuds savants croisés, vous allez fatiguer et avoir mal au dos
- Parce que cette position est mauvaise pour ses hanches pas encore formées, il pèse de tout son poids sur son bassin (et accessoirement aussi sur ses parties intimes, ce qui n'est pas optimal) et risque de l'abimer

 
Alors, je sais, on en voit partout, des mamans qui veulent bien faire en portant leur bébé dans un de ces porte-bébé non-physiologiques vendus au supermarché et dans les magasins de puériculture.
N'allez pas les agresser, hein :-), elles font juste comme nous, de leur mieux! Elles n'ont probablement pas été conseillées de façon judicieuse...



On dirait qu'ils sont plus rentables à produire, parce que le marketing des bébés s'en donne à cœur joie pour nous offrir des photos de mamans toutes belles et souriantes avec leur bébé ouvert sur le monde... lui! lol

Même en Afrique, ces porte-bébés fleurissent un peu partout avec des mamans toutes fières de pouvoir s'offrir autre chose que le pagne traditionnel :-(


Je n'ai essayé qu'une fois, avec le fils d'une amie qui ne voulait pas être porté coeur contre coeur. Bof.... J'avais l'impression de lui écarteler le bassin et de l'utiliser comme pare-chocs.


Par contre, si vous voulez de temps en temps porter votre enfant, dans vos bras, ou à la limite dans une écharpe, pour un court laps de temps, dans un environnement familier et calme, dans la position du bouddha face au monde... Ca, c'est ok pour lui... Pour votre dos, bof (j'imagine mon fils de 23 kilos suspendu sur mon ventre, hihi, ce serait la fin du monde pour mes pauvres muscles).

Image "Aux portes du bébé"

http://saranemonpetitprince.over-blog.com

Petite note mentale tout de même, ce n'est pas parce que vous portez votre enfant sur votre dos qu'il sera isolé, ou qu'il aura des problèmes de vue à être collé à vous (croyance infondée :-) ).
Vous êtes mobiles, vous pouvez vous tourner légèrement, ou bien le porter plus haut pour qu'il voie par-dessus votre épaule et il est mobile aussi, il peut tourner sa tête :-).




Non aux bébés pare-chocs!

Coucou!

12 mai 2013

Hello,
Me revoilà, fatiguée, mais bien là :-)
Notre déménagement est arrivé la semaine passée, j'ai eu le défi de le réceptionner seule avec les deux enfants, et puis nous barbotons encore dans les boîtes et le désordre...
Donc, je vais me remettre à poster sur le blog asap
J'ai plein de choses à vous raconter!!!
A tout bientôt,
Virginie
Proudly designed by Mlekoshi playground