Le microcrédit, une aide concrète à votre portée

29 avr. 2011

La sur-sollicitation de la part des diverses ONG et autres associations peut nous faire perdre la motivation et l'envie de partager.

Voici une action concrète qui a une répercution directe sur la vie de la personne que vous décidez d'aider: le microcrédit.

Le principe est simple, quelqu'un, quelque part dans le monde, a besoin d'un coup de pouce pour concrétiser son projet.
Il s'agit de petits montants, quelques centaines d'euros, qui vont permettre à cette personne de subvenir à ses besoins grâce à son activité professionnelle.

Habitant en Afrique, j'ai bien eu l'occasion de constater que l'envie d'entreprendre est ici bien plus forte (et plus habituelle) que chez nous.
Tout un chacun peut décider de se lancer dans une activité pour faire manger sa famille...
Ils ont souvent besoin d'un petit coup de pouce matériel pour y parvenir: achat d'une charrette, de marchandise pour un commerce de proximité, d'animaux pour lancer un élevage,...

De notre côté, on partage en étant assurés de l'adéquation de la réponse qu'on apporte puisque la demande existe.

Reste juste la question de savoir comment choisir les projets et être assurés que notre argent est bien utilisé...
Il faut choisir un intermédiaire fiable et compétent.

J'aime beaucoup la structure online Microworld.
Pour en savoir plus, je vous invite à aller faire un tour sur leur site:

Les produits de soin pour bébé

26 avr. 2011

Dans la salle de bain de mon fils de presque 2 ans, on retrouve:


- Du liniment oléo-calcaire de chez Natessance, pour nettoyer les fesses, les protéger contre les rougeurs mais aussi pour hydrater la peau en général (j'avoue lui en emprunter régulièrement pour hydrater mon gros ventre et aussi pour me démaquiller)
- Un savon d'alep (olive + laurier, attention à ce qu'il ne contienne pas d'huile de palme) pour nettoyer à grandes eaux les fesses et les zones qui font des petits boutons ou des rougeurs
- Un gel pour le bain, corps et cheveux, au calendula de chez Weleda. Il sent bon et ne pique pas les yeux (contrairement au savon d'alep qui a prouvé ses limites quand le bonhomme a appris à se laver et s'en est mis dans les yeux)
- Un bain calmant à l'huile essentielle d'orange de la marque Euphia. Pas pour tous les jours, mais quand il faut vraiment que le bain soit apaisant, ça fonctionne à merveille (pas avant 2 mois)
- De la crème Rescue aux fleurs de Bach, pour masser le ventre et/ou le dos et le spray Rescue dodo, auquel on est tous les deux accros
- De l'Inotyol, une crème médicament pour les grosses rougeurs, l'excéma,... Complément idéal du savon d'alep quand le liniment ne vient pas à bout des irritations
- Une brosse à dents à la taille de la petite bouche et des petites mains (je cherche toujours un modèle en bois pour enfants...). A son âge, il n'a pas encore besoin de dentifrice
- Une brosse à cheveux toute douce... qui n'a aucune justification logique si ce n'est le plaisir de pouvoir faire comme papa et maman et se brosser les cheveux tout seul

On a essayé pas mal de produits... d'autres marques... des mousses, des gels,...
Ce sont ceux ci-dessus qui ont gagné leur place sur l'étagère.

Pour sa petite soeur, qui aura besoin de vraiment moins de choses au début, on utilisera le savon d'alep et le liniment pour le change.
Le savon dans le bain ne sera pas utile dans un premier temps, un bébé ne se salit pas au début (voir le post sur la baignoire shantala)

L'association "L'arbre à bébés", vous connaissez?

24 avr. 2011

Voici un lien que je vous encourage à visiter, une asbl qui vaut la peine d'être soutenue:



Site plein de ressources pour "un autre parentage", on y trouve des patrons de couches lavables à réaliser soi-même, des conseils pour l'HNI, des photos pas à pas pour expliquer comment installer son enfant en écharpe,... et plein d'autres choses.

Excellent !!

22 avr. 2011

En attendant... Je réfléchis...

22 avr. 2011

Notre petite princesse est toujours au chaud. Elle est en pleine forme et a encore quelques jours de répit avant que notre gynécologue ne nous brandisse la carte du déclenchement pour cause de grande taille et de grosse tête...


Ces derniers jours ont été propices à la réflexion.
Des évènements m'ont rappelé combien nous avons choisi un mode d'éducation et de vie à contre courant des « habitudes ».

Il est rare de croiser des gens qui partagent nos valeurs, ou qui sont assez ouverts d'esprit pour vouloir converser sur le sujet... on se sent parfois bien seuls...


Ma première question a été de me demander si je poursuis vraiment le mythe de la mère plus que parfaite?
Je n'ai pas la sensation d'être animée d'un besoin de « toujours mieux », je crois que le mieux nuit au bien, mais par contre, j'ai envie de me centrer sur l'essentiel!

Qu'est-ce que l'essentiel me direz-vous... C'est très subjectif.
Mon essentiel essaye un maximum de se rapprocher de nos besoins physiologiques, de ce qui nous nourrit sans nous abrutir.
Mon essentiel va à un rythme soutenable pour notre organisme.
Mon essentiel essaye de se nourrir de simplicité...


Certes, peu d'enfants profitent de ce que nous essayons d'offrir à nos petits lardons...

Un environnement adapté où ils peuvent crapahuter sans être « parqués » dans un coin, un grand lit de cododo qui est ouvert à tous quand le besoin d'un câlin se fait sentir, une grande attention à leurs besoins et à leurs émotions, un lit sans barreaux d'où ils peuvent sortir sans devoir demander...

On ne se simplifie probablement pas la tâche... Et encore...?

Ce qui leur est donné maintenant ne pourra pas être repris. Je suis persuadée qu'en leur offrant des bases solides d'amour et de compréhension au début de leur vie, ils auront ce qu'il faut pour se construire et notre rôle de parents ne sera que plus facile quand ils seront grands.


La documentation que je lis pour mieux comprendre mes enfants et essayer de leur apporter une présence aimante et compréhensive ne se trouve pas dans les rayons puériculture des librairies et des grands magasins.

Mais est-ce pour ça une erreur de penser que l'enfant est un individu à part entière, qui n'a pas besoin d'être « dressé » pour être présentable et pour lequel les premières années de l'existence sont capitales pour tracer son chemin dans la vie?

Mon fils approche des « terrible two », nom très imagé pour la découverte du mot « non » et de la possibilité de faire ses propres choix.
De nombreux conseils affluent pour lui inculquer des limites. Me mettant en garde si je ne le fais pas...

Je suis actuellement plongée dans le bouquin de la « méthode » Faber Mazlish, qui privilégie une communication respectueuse de l'individualité de chaque membre de la famille...
On pose des limites qui leur ouvrent de nombreuses fenêtres au lieu de leur fermer des portes au nez.


Maria Montessori nous a invité à apprendre à nos enfants à s'adapter, plutôt que de les formater pour le monde actuel. Leur monde d'adultes sera de toute façon différent du nôtre...

J'ose caresser l'idée que le maternage proximal prendra une plus grande place dans la parentalité, que la naissance physiologique sera choisie comme norme, que la communication non violente s'insinuera dans tous les rouages de la société... Je rêve... Mais c'est si bon...

Cherche pédiatre... désespérément....

21 avr. 2011

Mon fils a de la fièvre élevée depuis 4 jours, les molaires qui sortent peuvent être une explication mais le long week-end de Pâques approchant et une petite voix dans ma tête qui me répète "Et si c'était la malaria?" m'ont incités à quand même aller voir notre nouveau pédiatre.

Nouveau pédiatre... le 4ème.


Les deux premiers en Belgique se sont révélés décevants:

Le premier (sommité reconnue, référent pour les sages-femmes, moultement recommandé, homéopathe de renom,...) n'en avait rien à faire des petits maux du quotidien. Il passait le temps de la consultation au téléphone pour résoudre des cas plus compliqués.
Incompétent en matière d'allaitement, il fallait tout de même lui reconnaitre une certaine pondération par rapport aux antibiotiques et à la vaccination précoce...
On a changé quand je n'ai plus supporté qu'il nous demande notre nom 3x sur la séance... dommage!

La seconde, homéopathe d'expérience, m'a fait une bonne impression à la première visite. Prometant de nous faire une liste des indispensables à emporter au Kenya, elle m'a semblée concernée.
A la seconde visite, j'ai déchanté... Elle ne se souvenait plus de nous et a tenté de décalotter mon fils "pour vérifier que tout allait va bien". Elle a failli se ramasser un coup de poing au milieu de la figure...


Départ au Kenya et après un certain temps, nous avons rencontré un virus? une bactérie? un peu plus costaud et plus local que les autres... Troisième pédiatre...


Mon fils fait vite de la fièvre et de façon très intense, comme son papa.
Quand ça grimpe haut, les médicaments anti-fièvre n'ont en général plus d'effet. C'est impressionnant, mais paradoxalement, il tolère la température plutôt bien... organisme combatif et en général efficace!

Mon baromètre est intuitif, son état général, s'il s'alimente, sa réactivité,... Et aussi un voyant interne qui pense qu'une fièvre qui persiste longtemps mérite qu'on vérifie qu'elle ne cache rien de grave.


Nous avons donc été et, il a écouté son coeur et sa respiration, regardé le fond de sa gorge et ses oreilles et conclu à une infection ORL qui nécessitait des antibiotiques.
Venant d'arriver au Kenya et craignant que l'immunité de mon fils ne fasse pas le poids, je lui ai sagement administré ses antibiotiques.


Aujourd'hui, j'ai pris rendez-vous chez un quatrième pédiatre, celui qui doit suivre mon accouchement et qui m'avait fait bonne impression quand on avait parlé de mon projet de naissance.
Professeur d'université, chef du service de néonat, j'ai une fois de plus choisi la personne qui me paraissait la plus compétente...

Après avoir expliqué mon inquiétude par rapport à persistance de la forte fièvre, le fait qu'il ait été piqué par de nombreux moustiques, mon envie d'être rassurée avant le long week-end,... Il a écouté son coeur et sa respiration, regardé le fond de sa gorge et ses oreilles et conclu à une infection de la gorge.

Bousculée par les pleurs de mon fils (il n'aime vraiment pas les cabinets médicaux), j'ai juste demandé si je continuais la tisane et si les antibiotiques étaient vraiment nécessaires.
Je suis sortie du cabinet sans être rassurée sur la possibilité de malaria et avec une prescription d'antibiotiques.


Je me demande si un jour un pédiatre me dira:
"Ne vous inquiétez pas madame, votre fils a pris froid, son immunité lutte intensément, ne le gavez pas de dafalgan mais maintenez son confort, il n'y a rien de plus grave que ça.
Incitez-le à se reposer, mais il peut sortir s'il fait beau et sec, faites-lui des tisanes au miel pour adoucir sa gorge et n'oubliez pas de maintenir un bon taux d'humidité dans sa chambre pour qu'il puisse dormir. Appelez-moi si jamais la fièvre persiste et que son état se dégrade ou ne s'améliore pas. Voici un numéro de gsm ou vous pouvez me joindre personnellement."


Sinon, voici une lecture intéressante et interpelante écrite par un médecin américain:
"Des enfants sains... même sans médecin"

Je ne suis pas à même de juger, je n'ai pas les compétences, mais son point de vue a un écho dans mon bon sens de maman...

Blog en pause bébé

8 avr. 2011

Voilà, je vais vous dire "a bientôt" et m'en aller accoucher et materner
:-)

Je rougis de bonheur d'avance a l'idée de tenir ma fille dans mes bras!

Ce sera pour ce soir, ou pour dans 3 semaines,... C'est elle qui décide. J'ai quand même vraiment hâte!

A bientôt les filles, prenez soin de vous, je vous donne des nouvelles asap.

La liste 101/1001, premier bilan

8 avr. 2011

Avec un peu de recul, en ayant déjà élague un peu la liste, je dois dire que je suis vraiment emballée par le concept.

Pour rappel, j'ai dresse la liste des 101 choses que je souhaite réaliser en 1001 jours (échéance au 24 décembre 2013).

Voici ce qui est en cours ou même (suprême bonheur de cocher "fait"), ce qui est fait:

1. Désencombrer notre intérieur de tout ce qui ne sert pas régulièrement et le donner / le vendre: en cours, c'est un travail de longue haleine ou il faut aller progressivement
11. Supprimer un maximum de plastique et l'empêcher de revenir: fait!.. Yeah!
13. Se libérer une après-midi en amoureux par mois: en cours, on le fait mais il faut tenir la distance
14. Faire mon carnet de listes: en cours, ça occupe pendant le monitoring :-)
35. Me fabriquer une garde-robe 4 saisons qui tient dans 1 grande valise et recycler le reste: en cours, j'attends tout de même de revenir a ma taille habituelle pour peaufiner les silhouettes avant de Recycler
41. Continuer a alimenter mes 2 blogs... On tient bon, malgré les obstacles!!!
62. Maintenir la fleur des souhaits... Toujours utilisée... En cours
67. Compléter ma liste "1 seul": fait (voir ci-dessous)
83. Prendre l'habitude de couper le wifi la nuit: en cours, c'est une habitude dure a installer
88. Parrainer une ruche: fait, l'article arrive...
89. Essayer les smoothies verts: j'ai commande le livre des auteurs du blog Vegan'bio sur le sujet... On va tester et voir si ça passe comme petit dej'

Pourquoi faudrait-il ne pas porter de parfum quand on a un bébé?

8 avr. 2011

Le nouveau-ne est très sensible aux odeurs.

Ce qu'il préfère c'est sentir l'odeur naturelle de sa maman (entendons nous bien, je parle de ne pas se parfumer... Odeur naturelle de maman lavée lol).
Faites-lui donc ce cadeau olfactif, ne lui explosez pas les narines avec un jus plein de molécules de synthèse.
(vous remarquerez d'ailleurs que quand on respire moins d'odeurs synthétiques, elles ont tendance a vous "attaquer" le nez)

Il y a aussi une justification scientifique, ce n'est pas qu'une réflexion neo-hippie baba cool :-), les muscs synthétiques contenus dans les parfums (et tout ce qui est parfume, deo, gel douche,...) passent dans le lait maternel.

Donc, ses narines, son goût et son organisme vous en seront reconnaissants.

Au début du travail, en attendant... Limez-vous les ongles

8 avr. 2011

Pendant la première phase du travail (de l'accouchement...), qui peut durer longtemps, j'ai besoin de me préparer a la venue de mon bébé.
Toutefois, les contractions et le (très) gros ventre limitent le champ d'action...

Voici une petite chose concrète qui facilite grandement les manipulations de votre nouveau-ne: se limer les ongles (après les avoir coupes bien courts).

Limer? Pourquoi se faire une manucure avant d'accoucher?
C'est l'inverse de la manucure habituelle ou on lime de bas en haut. L'objectif est de "lisser" l'ongle pour que son extrémité se fonde avec celle du bout du doigt.
On lime donc de haut vers le bas.

Comme nos doigts vont être très souvent en contact avec sa peau fragile, dans son cou, qu'on va le changer souvent, c'est vraiment bien de ne pas avoir a se preoccuper de ses ongles et de ne pas risquer de le griffer (une griffe a son bébé et la culpabilité de mère passe tout de suite a 300%).

A lire même si vous ne pensez pas accoucher a la maison

6 avr. 2011

Voici un livre entier, rempli de témoignages de mamans, qui racontent leur(s) accouchement(s) sans édulcorer ni dramatiser: "Intimes naissances".

Le titre suggère qu'il ne s'adresse qu'à celles qui font le projet d'accoucher a la maison, mais je trouve que ce livre est tellement intéressant que ce serait dommage de se limiter a cette idée.
On y découvre que d'autres ressentent cette peur de ne pas y arriver, d'avoir trop mal,...

Les récits sont varies, expériences a l'hôpital, en maison de naissance ou a la maison. Parfois ça s'est passe mieux que prévu et d'autres fois moins bien.

On y trouve aussi des interventions de professionnels de la naissance.
J'aime beaucoup l'entretien avec Michel Odent, autour des besoins de la femme qui accouche et sur ce qu'est une naissance "physiologique".

A lire absolument! Pour son premier ou son dixième bébé :-)

Doudou or not Doudou?

1 avr. 2011

Le Doudou est un des cadeaux qu'on reçoit en grandes quantités lors d'une naissance.
Ils sont offerts avec comme espoir que l'objet soit "élu" au moment ou l'enfant s'attacherait à l'un d'entre eux.
Tous les sites web bébé en parlent...
Ils vous conseillent l'achat en plusieurs exemplaires (Ben tiens...), au cas où,... sans parler des sites "SOS Doudou"...

Est-ce un passage obligé? Tous les enfants ont-ils un Doudou comme on tente de nous le faire croire?

Et puis, c'est quoi au fait le concept du Doudou?

C'est selon le terme psy, un "objet transitionnel", un objet qui apporte l'affection nécessaire quand les parents ne sont pas là...
Ou qu'ils sont présents mais ne répondent adéquatement pas aux demandes de leur enfant (entre autres pour l'endormissement)...
Un objet qui rassure...

Dans la pratique, le doudou peut être une peluche, un vêtement, une loque,...

Tous les enfants n'ont pas de Doudou, ils sont environ 1 sur 2 à s'être attachés à un objet.

Mon fils n'en a pas.
Je me souviens d'en avoir eu un... Qui me rassurait la nuit quand les armoires de ma chambre risquaient de me tomber dessus :-)) ...et qu'on a un jour "oublié" dans un hôtel (ce n'était pas vraiment un sevrage progressif...)

Réponse mercantile de notre société a la séparation maman-enfant précoce qui est encore vue comme normale et nécessaire? Ou nécessité vitale pour certains de nos boutchous?
Proudly designed by Mlekoshi playground