Passer aux lingettes lavables fait maison en désencombrant son armoire à linge

27 juin 2011

Je ne sais pas chez vous, mais chez nous c'est toujours la couche du haut de l'armoire à linge qui est utilisée. Les serviettes (essuies pour nos amis belges) et draps "craignos" (comprenez moches) sont dans le bas de la pile et ne sont jamais utilisés.


Nous sommes en pleine phase de désencombrement, on donne ou vend tout ce qu'on n'utilise pas, pour alléger notre intérieur et notre quotidien...

Donc, en bonne "décroissante en herbe", plutôt que d'acheter du tissu pour fabriquer des lingettes lavables pour le change de mes loustics, je me suis emballée à réutiliser ces moches essuies (oui, je suis belge :-) ) et le résultat est tout aussi agréable.
Avantage, on peut créer un nombre de lingettes suffisant pour attendre de faire tourner une machine complète avec.


Nous sommes aussi dans une phase de "passage global aux lavables", avec comme objectif de limiter le volume de nos ordures et de bannir un maximum d'objets à usage unique de notre quotidien. C'est par ailleurs aussi bon pour les finances que pour l'environnement...
Je vous ferai d'ici peu un post plus étendu sur le sujet avec un bilan de tout ce qui est devenu "lavable" chez nous.


Tant qu'à découper de l'essuie (ce qui fait des tonnes de peluches, je vous préviens d'avance), autant le faire en production industrielle :-).

On a donc en cours de fabrication des lingettes pour enfant, des sopalin (alias essuie-tout dans notre plat pays), des substituts d'éponge de vaisselle et.... des lingettes pour adultes (tendrement appellées "torchettes" chez la famille d'hiver) pour remplacer le PQ des petits pipis de fille.

J'ai encore du boulot sur la planche :-) ...


Voici les lingettes pour petites et grandes fesses:
(le rose mochissime est dû à une coloration ratée, ils devaient ressortir rouge mais je n'avais pas mis assez de colorant :-( )


et le sopalin (essuie-tout) lavables avec sa petite soeur, le substitut d'éponge:


La suite sera avec les draps de lit qui ont perdu leur prime fraîcheur, qui vont se réincarner en mouchoirs lavables. Pareil, l'idée est de faire un volume suffisant pour pouvoir les utiliser comme des jetables (comprenez on se mouche et on jette).

5 commentaires:

assmatcoco a dit…

idem ici je transforme tout les vieux tissus en eponge, lingette, torchettes, chiffon....

Eugénie a dit…

On est aux lingettes lavables aussi. C'est fantastique ! On économise de l'emballage, de l'essence, des poubelles etc...
Je suis repassée aux mouchoirs en tissu.
Et je pense recycler mes vieux draps en douillettes pour l'été.
Je trouve toujours très satisfaisant de pouvoir utiliser une chose jusqu'au bout de sa vie. :)

Christine a dit…

Quand j'étais enfant (ca fait un bail maintenant !), je n'ais jamais vu ma mère acheter une lingette ou "lavette" comme on disait dans le Nord de la France, elle coupait des bouts dans les vieilles chemises de jardin (en flanelle) de mon père ou dans nos maillots de corps en coton trop petits pour en faire des lavettes et des chiffons !
Quelques années plus tard, quand je suis devenue indépendante finacièrement je me suis mise à acheter des lavettes, quand ma mère a su ça elle m'a rit au nez et m'a dit que j'était bien bête !

Aujourd'hui j'ai arrêté d'acheter des lavettes, je fais comme ma mère faisait, je récupère les mailots de corps en coton de ma fille, ses vieux T-shirts et même les vieux sweat-shirts en polaire qui sont bien absorbants !

Comme quoi l'empreinte parentale est indélébile !

Végébon a dit…

Dans le même esprit, j'aimerais utiliser les vieilles chemises de mon homme, en coton fin, mais je ne sais pas en quoi les transformer. Des idées ?

Maman Bio a dit…

Les chemises en coton font de merveilleuses robes ou pantalons légers pour les enfants :-)

Proudly designed by Mlekoshi playground