Faut-il laisser un enfant pleurer?

11 mai 2011

Question difficile... A laquelle je réponds oui et non...
Nous voilà bien avancés!

Tout dépend du type de pleurs et de pourquoi l'enfant pleure.


Je pense qu'il est irrespectueux de laisser pleurer un bébé qui exprime un besoin: faim, fatigue, lange sale, excès de stimulis,...
Il pleure après avoir "demandé" en douceur par des signaux corporels (agitation et langue sur le palais pour la faim, corps rigide et tête tournée pour l'excès de stimulis,...) et parce qu'il n'a pas été entendu.

Ce sont les pleurs que "Mr tout le monde" tolère le mieux et pour lesquels on va vous recommander de ne pas répondre tout de suite. Les raisons invoquées sont diverses: pour ne pas trop le gâter, pour lui ouvrir les poumons,...


Il y a par contre des pleurs qui sont utiles, salvateurs: ceux qui permettent de décharger une tension émotionnelle, ceux qui accompagnent une douleur physique,...
En tant que parents, notre rôle est d'accueillir ces pleurs avec calme et disponibilité. Sans vouloir les stopper par des "ça va aller", mais en aidant l'enfant à mettre des mots sur les émotions qui sortent et à les faire sortir.

Ce sont paradoxalement les pleurs que "Mr tout le monde" ne tolère pas. Ceux qui n'ont pas lieu d'être parce que ce n'est vraiment pas facile d'encaisser les émotions négatives d'un enfant. C'est tellement plus facile de l'encourager à les refouler.
"Il est colérique", "un garçon ça ne pleure pas", "ce n'est rien", "ne pleure pas",...


Et les caprices alors? les colères inexpliquées qui arrivent toujours au mauvais moment?
Il faut prendre le temps de remettre ce débordement d'émotions dans son contexte.
Si on passe au-delà de l'évènement déclencheur apparent qui est souvent la goutte d'eau qui fait déborder le vase, on peut trouver ce qui remplit le vase.


J'aime toujours autant le concept que j'ai lu chez Catherine Dumonteil-Kremer, celui de "réservoir émotionnel".
Il y a des choses qui le remplissent et d'autres qui le vident. Une promenade en forêt remplit le mien et une visite à l'hôpital me le vide... entre autres...

Nous devons tolérer que nos enfants ont aussi le droit d'exprimer que leur réservoir émotionnel est vide.

Et nous devons aussi prêter attention à notre propre réservoir émotionnel.
Quand notre réservoir émotionnel est bien plein, nous sommes plus à même de répondre aux demandes de nos enfants et d'accueillir leurs émotions avec sérénité.


Pas facile la vie de parents...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

le bebe en photo est trop beau

Anonyme a dit…

C juste et bien dit... Un papa

Maman Bio a dit…

Merci :-)

Proudly designed by Mlekoshi playground